Histoire

Histoire d’Aubonne

Les origines exactes du bourg d’Aubonne sont mal connues. On présume qu’un établissement existait du temps des Romains au lieu-dit « Trévelin » sur la via Strata qui reliait Nyon à Avenches et qui s’appelle maintenant la route de l’EtraAubonne, vue généralez. Cette via Strata était une artère militaire très importante de l’Helvétie romaine. Le nom d’Aubonne (Albona à l’époque), provient du celtique et signifie « source blanche ». Selon un article de M. Albin Jaques paru dans « Passé Simple » en février 2017, Albona pourrait signifier « source céleste » plutôt que source blanche. L’adjectif alb a le sens de « monde d’en haut, ciel ».

Les premiers Seigneurs d’Aubonne apparaissent en 1001 dans l’entourage du roi Rodolphe III de Bourgogne. Les droits féodaux sont répartis entre deux branches de la famille, les seigneurs et les coseigneurs. En 1234, les « Franchises d’Aubonne » règlent les rapports des dynastes entre eux et leurs administrés. En 1310, il est fait mention de certains privilèges accordés aux habitants d’Aubonne par la ville de Genève (traité de combourgeoisie).

En 1255, la seigneurie d’Aubonne (part des Seigneurs) devient la propriété de la Maison de Savoie. Dépendant du diocèse de Genève, dont l’Aubonne formait la limite est, le bourg a été le siège du Décanat du même nom jusqu’au milieu du XVe siècle.

Par héritages et cessions, la seigneurie est aux mains des Comtes de Gruyères de 1397 à 1554. Leur dernier représentant, le comte Michel, en mal d’argent, doit céder tous ses droits sur Aubonne à LL.EE. de Berne, ses créanciers, qui avaient occupé le Pays de Vaud en février 1536 et imposé l’exercice de la religion réformée dès 1527 (Edit de réformation).

Devenus les nouveaux maîtres du Pays de Vaud, LL.EE. revendent la Seigneurie à différents propriétaires successifs parmi lesquels on citera les noms de Jean et François de Lettes (1556-1583), Théodore de Turquet-Mayerne, marquis de Villès, ci-devant médecin de la cour d’Angleterre (de 1620 à 1622), Jean-Baptiste Tavernier (de 1670 à 1685), et Henri, marquis Duquesne, fils d’Abraham (de 1685 à 1701) lequel finit ses jours en 1722 à Genève après la vente de son bien.

LL.EE. de Berne rachètent la seigneurie le 1er février 1701 à Henri Duquesne et l’érigent en bailliage d’Aubonne, à la tête duquel se succéderont 17 baillis jusqu’à la révolution vaudoise du 24 janvier 1798.

L’existence d’une localité groupée autour du château est mentionnée dès 1189. La ville est agrandie vers 1343 (grand-Rue et fossés). Un casino a été édifié au sud de l’allée du Chêne en 1859, sur l’emplacement d’une maison où l’on s’exerçait au tir durant le Moyen-âge, alors que la fin du siècle voit l’amenée de l’eau potable et l’introduction de l’électricité dans les maisons. Une ligne de tramway reliant Allaman à Aubonne et à Gimel a été installée à la fin du XIXe siècle et exploitée par SEFA (Société Electrique des forces de l’Aubonne). Dès l’année 1952, un service de bus a remplacé les trams.

Si vous êtes intéressés par d’autres détails et anecdotes concernant le bourg d’Aubonne, réservez une visite guidée en cliquant sur le volet : Activités et Loisirs.

Nos visites se font sur demande et tout au long de l’année